Végétariens

[juin 2007] L’abondant feuillage des lupins attire les phytophages (les consommateurs de feuilles), les grands comme les petits.

Traces d'une chenille mineuse

Traces d'une chenille mineuse

Parmi les plus petits, les larves dites « mineuses » car elles creusent de véritables galeries dans l’épaisseur de la feuille. Ce sont principalement des chenilles de micro lépidoptère (papillons de nuit d’environ 0,5 cm d’envergure), mais aussi de minuscules mouches ou des coléoptères. Des espèces spécifiques de nombreux végétaux creusent dans le limbe des feuilles des galeries serpentantes qui s’élargissent au fur et à mesure de leur croissance ; elles émettent une cire protectrice et entraînent la déformation des feuilles et parfois leur chute (disparition de la chlorophylle). Au centre de leur galerie, la trace noire, appelée « frass » est constituée des déjections de la larve et la disposition de ce « frass » est un élément majeur de détermination des espèces mineuses.

Découvrir d’autres larves mineuses sur Natura’Liste.

Traces de limaces

Traces de limaces

Beaucoup moins délicates, les limaces dévorent complètement les feuilles, dont il ne reste que la nervure centrale. L’abondance de limaces en 2008 et 2009 ont eu raison des 2 lupins de mon jardin, c’est donc une espèce que je ne maintiens pas (à tout prix).

D’autres consommateurs de végétaux sont présents, comme cette sauterelle juvénile ou cette chenille arpenteuse, au déplacement si caractéristique.

sauterelle juvénille

sauterelle juvénille

chenille arpenteuse

chenille arpenteuse

chenille arpenteuse

chenille arpenteuse

This page as PDF

Ce contenu a été publié dans Insectes, Autres bestioles, Observations, Manger, être mangé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *