Histoire de Pommes

Dès la fin de l’été, j’avais repéré sur le haut d’un talus de l’autoroute E25 que j’emprunte quotidiennement,  2 – 3 pommiers, couverts de petites pommes. Pendant plusieurs semaines, je les ai ignoré, pensant qu’il s’agissait de pommiers sauvages aux fruits astringents.

Mais d’autres pommes se sont révélées, jaunes, rouges … et je me suis finalement décidé à aller voir cette petite dizaine de pommiers, couverts de fruits. J’ai ainsi découvert des pommes délicieuses, certes pas toujours plaisantes à l’oeil (car atteintes de tavelure) , gouteuses, à croquer ou à préparer en compotes. J’ai du en récolter 40 ou 50 kilos, dont 10 bons kilos ont été distribués au bureau.

Je ne sais toujours pas pourquoi cette petite dizaine de pommiers a été plantée sur ce talus autoroutier. Est-ce une erreur de livraison d’une pépinière (j’en doute), un essai de variétés réalisé pour tester la résistance à la tavelure et autres maladies des pommes … ou simplement une riche idée du MET (Ministère de l’Equipement et des Transports). Depuis cette découverte, j’ai d’ailleurs découvert 3 autres pommiers en bordure de l’E25 (descente de Tilf).

Grâce à Mr Stockart (du jardin des Tawes), ces variétés ont été identifiées … mais ces noms sont donnés sous réserve.

Reinette-de-France_04 Reinette-de-France_03 Reinette-de-France_02 Reinette-de-France_01 Gueule-de-mouton_03 Gueule-de-mouton_02 Golden-delicious_03 Golden-delicious_02 Golden-delicious_01 Golden_03 Golden_02 Golden_01 Cox-orange_02 Cox-orange_01 Calville-des-pres_02 Calville-des-pres_01
<
>

This page as PDF

Ce contenu a été publié dans Aménagements. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Histoire de Pommes

  1. Bozzer Joseph dit :

    Bonjour

    J’aimerais recevoir vos messages à l’adresse ci-dessus … est-ce possible?

    merci d’avance

  2. mco4684 dit :

    effectivement elles étaient bien bonnes

  3. Serge Rouxhet dit :

    Bonjour Jean-Marc, je suppose que tu parles de ce grand talus à hauteur de Beaufays. C’est effectivement toute une série de variétés excellentes. J’avais d’ailleurs bien repéré les gueules de moutons jaunes, avec cette forme caractéristique étroite à la base et avec un parfum et une texture typiques de la golden (sans doute un sauvageon mélange des deux?). Je l’ai ai gréffées au verger conservatoire dans la RND des Prés de la Lienne à Lierneux.

  4. admin dit :

    bonjour Serge

    c’est en effet ce talus à hauteur de la sortie 44 direction Liège
    il y a encore qq pommes à récolter
    connais tu l’origine de cette plantation ?

    jean marc

  5. Claude dit :

    Il est vrai que ces pommes sont vraiment tavelées, mais en bord d’autoroute et avec la pollution qui nous tombe du ciel, ce n’est pas étonnant. Je les épluche quand elles sont trop laides, mais elles sont extra. Même ici « en région saine », j’ai cueilli environ 40 Kg de petites pommes de toutes les sortes cette année, des poires, des coings (15 Kg ) et tout cela était resté sur les arbres, pcq ne correspondant pas aux « normes » des magasins…. Si il ne gèle pas cette nuit, j’irai demain encore en cueillir, elles sont délicieuses, mais laides à mourir !!!! Bonne soirée.

  6. admin dit :

    bonjour

    toutes les variétés présentes ne sont pas tavelées, et j’ai remarqué que celles du haut (j’ai fini par acheter une canne télescopique pour la cueillette en hauteur) sont moins atteintes et généralement de plus belle forme (je suppose suite à une meilleure pollinisation)
    et toutes les pommes ont été lavées (voire épluchées en ce qui me concerne), avant la consommation

  7. Claude dit :

    Bonne soirée

  8. Claude dit :

    Bonsoir Admin, je les lave aussi évidemment et je les épluche quand elles sont trop laides et j’en fais des pommes au lard….

  9. Serge dit :

    Sur le talus de l’autoroute, c’est bien des plantations effectuées par le MET (encore à l’époque) mais pourquoi des variétés de table et non des sauvageons ?. Si il y a un peu de tavelure sur certains fruits, c’est dû au fait que les arbres sont assez touffus et ombragés en partie par les autres buissons, d’où un peu plus d’humidité et donc plus de possibilités d’attaques des champignons.

  10. Jean Weber dit :

    Cette histoire est très intéressante. La mise en valeur de tels espaces est un puissant moyen de conserver une certaine biodiversité. Une cartographie collaborative permettrait de signaler cette diversité à l’échelle mondiale (Quels sont les pommiers disponible sur les autres continents?). Je vous invite à cartographier vos arbres locaux ou invasifs sur http://pericopsis.org/

    Meilleures Salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *