Heriades truncorum … Si commune et si peu connue …

Heriades truncorum (Linnaeus, 1758) Hyménoptère,  Apocrita-aculeata, Apidae, Megachillinae

Heriades truncorum est une petite abeille très commune, mais qui vous est sans doute inconnue.  C’est une abeille au corps cylindrique, assez peu velu, dont la femelle mesure entre 7 et 8 mm de long, et le mâle entre 6 et 7 mm. Son abdomen porte de très minces bandes de poils blancs. La femelle se caractérise aussi par une brosse ventrale (pour la collecte du pollen) de couleur brun-jaune.

C’est une abeille solitaire, sans comportement social, très active quand le ciel est dégagé. Je la rencontre dans mon jardin  entre juin et septembre.  Elle apprécie les milieux ouverts. Elle récolte pollen et nectar exclusivement sur les Astéracées (la famille botanique qui comprend notamment les marguerites).

Sa reproduction très faible, environ 8 œufs par femelle et par an.  Les mâles sont très actifs, pendant plus d’un mois; ils visitent brièvement un peu tous les trous de petite taille susceptible d’abriter une femelle. Ils sont tellement pressants qu’il leur arrive même d’extraire carrément une femelle dont l’arrière apparaît à la sortie d’un nid (tige creuse, bambou …).

La femelle construit des nids linéaires dans le bois mort ou dans les tiges creuses (ronces surtout), voire dans les gîtes artificiels,  dont le diamètre est généralement de 3 à 4 mm, mais en cas de crise du logement, courageusement (!), la femelle s’affaire à reboucher des nids qui peuvent avoir 8 à  9 mm de diamètre.

Elle aménage de petites loges dans les nids (dans lesquels elle dépose le pollen) qu’elle isole avec de la résine. Le bouchon du nid est aussi fait de ce matériau. Le bouchon final est de plus recouvert de petits cailloux en guise de camouflage et probablement comme rempart contre les infractions.

Le 14 juillet 2008, j'ai eu la chance de pouvoir observer la mise en place des petits cailloux sur le bouchon final. Le diamètre de ce nid est légèrement inférieur à 3 mm. La première photo montre le bouchon final en résine. Il est 15h06. La dernière photo a été prise à 15h15.

 

A proximité des nids, il semble y avoir un “stock” de résine, dont l’origine m’est inconnue. Dans mon jardin, elles profitent de différents trous dans le bois de hêtre d’un nichoir artificiel et les différents nids sont très proches. Ce qui semble provoquer quelques “conflits de voisinage” assez énergiques. S’agit il d’intimidation, de vols de nectar ou de résine entre voisines, de tentatives d’accouplements …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.