La Lysimaque commune et ses abeilles

 Lysimachia vulgaris L., Primulacée

Description et écologie

La Lysimaque commune est une plante vivace, herbacée, érigée, de 40 à 150 cm de haut, fleurissant de juin à août (septembre). Plante héliophile (de pleine lumière) ou de demi-ombre, elle fréquente les milieux humides : bord de fossés ou de cours d’eau, prairies très humides, aulnaies, aulnaies-frênaies.
Elle peut former rapidement de grands massifs grâce à sa souche stolonifère.
Les feuilles sont opposées, ou verticillées par 3-4, ovales-lancéolées, 2-5 fois plus longues que larges, +/- sessiles ou brièvement pétiolées.
Les fleurs sont disposées en courtes grappes ou panicules axillaires, pédonculées, formant une inflorescence pyramidale. La corolle jaune, d’un diamètre de 15 à 20 mm, est divisée presque jusqu’à la base en 5 lobes longs de 7-12 mm, munis à l’intérieur de courts poils glanduleux. 5 étamines, à filets soudés jusqu’au tiers.
Sépales longs de 3-5 mm, bordés d’un liseré rouge.
Capsule longue de 4-5 mm, contenant des graines capables d’être disséminées par l’eau.

Propriétés et Particularité

La Lysimaque commune est une plante tinctoriale : on extrait de la plante une substance colorant la laine en jaune, et ses racines fournissent une teinture brune.

La lysimaque a la particularité de ne pas offrir aux butineuses de nectar sucré, mais une huile florale. Cette matière grasse est utilisée par la femelle d’une abeille sauvage (du genre Macropis) en tant que nourriture pour ses larves.

Continuer la balade avec les Macropèdes, les abeilles liées à la Lysimaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.