Le Noisetier de Byzance

Corylus colurna, (Linné, 1753), Betulaceae 

Description

Le Noisetier de Byzance est le plus grand des noisetiers, atteignant 20 à 25 m de haut (voire 35 m) et 150 cm de diamètre, dans son aire d’origine. Il pourrait vivre plus de 300 ans, mais sa longévité moyenne serait plutôt d’un siècle. Chez nous, il a une taille adulte plus modeste, comprise entre 12 et 20 m (en parcs et alignements urbains). L’inventaire des arbres remarquables de la Région de Bruxelles Capitale contient 20 spécimens, dont un d’une circonférence de 450 cm (inventaire au format EXCEL). A Liège, on recense à ce jour 18 arbres sur l’espace public.
Contrairement aux autres noisetiers, il ne pousse pas sous forme de buisson, mais c’est un bel arbre au port érigé, avec une couronne pyramidale qui s’élargit avec l’âge.

Tronc et rameaux

Le Noisetier de Byzance a une écorce brunâtre – jaunâtre pâle, lisse et se fissurant en petites écailles. Les jeunes rameaux sont pubescents et glanduleux.

Feuillage

Les feuilles sont simples, alternes, de 5 à 12-15 cm de long, de 5 à 13 cm de large. Limbe ovale, cordiforme, terminé par une courte pointe, à marge doublement dentée, légèrement pubescent au-dessous.
Pétiole de 2 à 4 cm de long. Bourgeons coniques.
Le feuillage est dense luxuriant, les feuilles naissent dans les tons rouges avant de virer au vert sombre mat en été puis au jaune d’or à l’automne.

Fleurs

Espèce monoïque (fleurs mâles et femelles séparées, mais sur le même arbre), fleurs auto-fertiles. Les chatons mâles jaune doré pendants dès janvier-février, diffusant leur pollen. Les fleurs femelles, beaucoup plus discrètes, groupées dans un bourgeon, sont beaucoup plus discrètes et présentent leur stigmate filiforme (1 – 3 mm de long).

Fruits

Le fruit est une noisette de 1 à 2 cm de long, quasiment complètement entourée d’un épais involucre de 3 à 4 cm de diamètre, regroupant ensemble 3 à 5 voire 8 noisettes. Elles ont la particularité d’être un peu poisseuses avant qu’elles ne soient complètement sèches. La coque est assez épaisse (2 – 3 mm d’épaisseur), mais se casse sans trop de difficulté avec un bon ! casse-noix. Les noisettes arrivent à maturité de la fin août à la fin octobre. Leur goût semble être un peu plus prononcé que notre noisette, et elle présente une texture un peu plus ferme sous la dent.

Ethnobotanique

Le Noisetier de Byzance est connu sous bien d’autres noms :

  • Coudrier de Byzance
  • Coudrier du Levant
  • Noisetier de Byzance
  • Noisetier de Turquie
  • Boomhazelaar (NL)

Il est originaire du sud-est de l’Europe et du sud-ouest de l’Asie, des Balkans depuis le nord de la Turquie jusqu’au nord de l’Iran. Il semble cependant que son aire se soit largement agrandie du fait de sa culture débutée en Turquie vers 1580. Il s’est ainsi naturalisé en Basse-Autriche. Il occupe les forêts mixtes ombragées jusqu’à 1 800 m dans l’est de l’Asie, jusqu’à 3 000 m sur les faces nord de l’Himalaya. En régression en Russie.

Aire d’origine

Cet arbre fit son entrée en Europe occidentale en 1582, sous forme de graines envoyées de l’ancienne Constantinople (Turquie), par le Baron D. von Ungnad, ambassadeur auprès du Sultan, à Charles de L’Escluse, botaniste originaire de l’Artois (nord de la France) qui dirigeait à Vienne les jardins impériaux. En 1589, L’Escluse en emporta un exemplaire à Leyde (Pays-Bas) où il avait été nommé professeur de botanique. Il le planta dans le célèbre jardin botanique de l’université de cette ville.

Utilisations

Arbre d'ornement

Si en Turquie il est une des variétés utilisées pour la production de noisettes, ce n’est pas le cas chez nous. C’est avant tout un arbre d’ornement (en Europe et Amérique du Nord) dans les parcs, ou un arbre d’alignement en rues , particulièrement bien adapté à ces usages. Ses exigences sont en effet modestes, il supporte bien la pollution des villes, mais il redoute le sel de déneigement et les sols compactés (par le passage répété de piétons par exemple).
Il peut être planté en plein soleil, sous une ombre légère voire à la mi-ombre. Cet arbre résiste parfaitement aux vents, mais ne tolère pas les embruns. Il apprécie le climat continental doté d’étés chauds et secs et d’hivers froids (jusque – 38°C selon la bibliographie).
Avec son port conique et un tronc bien tronc, et ne produisant pas de drageons, les besoins en taille sont limités (il supporte d’ailleurs mal les tailles importantes), le houppier sera simplement remonté pour permettre le passage des usagers.
L’espèce n’a pas de graves parasites ou maladies connus à ce jour.

Voir la carte de répartition du Noisetier de Byzance à Liège
Production de noisettes

Anecdotique chez nous, le Noisetier de Byzance a cependant une certaine importance économique comme noisetier de vergers car, ne drageonnant pas et disposant d’un enracinement profond, il constitue un excellent porte-greffe pour les cultivars de noisetier commun.


Galerie photos

Si le diaporama ne démarre pas après une quinzaine de secondes, passer en mode Vignettes. Placer la souris sur le diaporama pour le mettre en pause et afficher la description de la photo


3 réflexions sur « Le Noisetier de Byzance »

  1. Travail magnifique! J’adore cet arbre, irai voir les 2 isolés (quartier Vennes et Coronmeuse), celui de Maastricht est magnifique dans le parc près des remparts. Tu connais le jardin Boranique de Leyde, j’aimerai y aller.

  2. Travail magnifique! J’adore cet arbre, irai voir les 2 isolés (quartier Vennes et Coronmeuse), celui de Maastricht est magnifique dans le parc près des remparts. Tu connais le jardin Boranique de Leyde, j’aimerai y aller.

Répondre à savelkouls Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.