Observation inédite, d’une espèce rare en Belgique

Leucospis dorsigera Fabricius, 1775 (Hymenoptera : Chalcidoidea, Leucospididae) 

Cette année 2020 est à ce jour la plus riche en observations dans mon mini-jardin; j’y ai vu en un printemps, toutes les abeilles solitaires observées depuis 13 ans.

Et puis, il y a les “bonus”.

A force d’observations, de photos, de lectures de guides et revues entomologiques … quand arrive une espèce jamais observée ou vue en photo, je sais qu’elle n’est pas commune. C’est bien évidemment peu fréquent. Je pense notamment à cette première observation pour la province de Liège, d’un petit papillon nommé Ochsenheimeria taurella ou à une petite guêpe, Dinocampus coccinellae , un parasitoïde de coccinelles, dont il n’y a à ce jour que 5 observations dans l’Observatoire de la biodiversité de Wallonie.

Aujourd’hui c’est de nouveau un hyménoptère qui a retenu toute mon attention. Depuis 3 jours, je le voyais tourner autour du nid d’une Osmie installé dans la maçonnerie au premier étage, mais sans jamais pouvoir le photographier.

Et puis, alors que je photographiais les entrées et sorties d’une Osmie bleu (Osmia caerulescens) depuis un tube de bambou posé contre le mur du jardin, “elle” était juste à côté, posée sur un autre bambou. C’était maintenant bien clair : je ne l’avais jamais observée. Les photos rapidement transférées sur le PC, j’interroge Google pendant une heure, sans rien trouver. C’est finalement Nicolas Vereecken, autour de divers beaux livres sur les abeilles sauvages, qui me donnera la clé de l’énigme : Leucospis dorsigera (spécimen femelle)

Espèce identifiée pour la première fois en 2005 par Jean Luc Renneson (Renneson, J-L. 2005. – Leucospis dorsigera Fabricius, 1775 (Hymenoptera : Chalcidoidea, Leucospididae) : Espèce nouvelle en Belgique. Notes fauniques de Gembloux , 56 : 45-46.), Leucospis dorsigera est un hyménoptère de petite taille (10 mm), parasite de diverses abeilles solitaires de la famille des Megachilidae.

Avec son ovopositeur, cette guêpe parasite dépose un œuf sur les larves d’abeilles, dans les cellules où elles se développent. La larve de la guêpe se nourrit ainsi de la larve d’abeille. Les guêpes adultes émergent l’année suivante.

Une vidéo montrant l’ovopositeur en action, sur un bloc de bois dur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.