Archives de catégorie : Hyménoptères

Les Macropèdes commune et à pattes brunes

Macropis europaea (Warncke, 1973), Hyménoptère, Melittidae (Macropède commune)
Macropis fulvipes (Fabricius, 1805), Hyménoptère, Melittidae (Macropède à pattes brunes)    

Description

Les abeilles solitaires du genre Macropis, font partie de la petite famille des Melittidae (+/- 170 espèces), représentée en Belgique par deux autres genres, Dasypoda et Melitta.

Les Macropèdes sont de petites abeilles solitaires (8 -10 mm de long pour la femelle, 7 – 9 mm pour le mâle), aux couleurs sombres. Elles ont un corps assez trapu, à pilosité clairsemée. Abdomen à étroites bandes blanches. Tibias et métatarses des pattes postérieures (les “3”) très larges, avec brosses à pollen remarquables.
Quand leurs brosses à pollen sont chargées de pollen, distinguer les femelles de la Macropède commune (tibia 3 à pilosité blanche et noire) de celles de la Macropède à pattes brunes (tibia 3 à pilosité brun-jaune) , est affaire de spécialistes, et je ne m’y risque pas sans eux. Les mâles des deux espèces sont plus faciles à différencier, mais à condition d’avoir une bonne photo de face ! La mandibule du mâle de la Macropède à pattes brunes, est entièrement jaune, alors que chez Macropis europaea, il y a un point jaune et le reste de la mandibule est noire .

Plantes visitées

Les Macropèdes sont des espèces dites “oligolectiques“.
C’est le comportement des espèces d’abeilles qui butinent de manière spécialisée un seul type de pollen, typiquement un seul genre de plantes à fleur. Et pour notre abeille, cette plante est la Lysimaque commune (qui ne produit pas de nectar), sur laquelle la femelle récolte le pollen, mais aussi l’huile florale de la Lysimaque, grâce aux pattes antérieures et médianes, qui sont équipées de soies spécifiques, fonctionnant comme des “éponges”. Cette huile est mélangée avec le pollen, pour servir de nourriture aux larves. Ce comportement est unique.
Le nectar, qui fournit l’énergie aux adultes, mâles et femelles, est trouvé sur d’autres plantes (par exemple la Salicaire, le Cirse des marais ou le Lycope d’Europe)

Ecologie

La Macropède femelle installe son nid discret dans le sol, dans les mêmes milieux humides que la Lysimaque. Dans une galerie d’environ 10 cm de long, elle y creuse un dizaine de logettes, où elle dépose un oeuf sur le “pain” de pollen et huile florale, qui permettra le développement de la larve. L’intérieur des logettes est également recouvert de cette huile.
Les Macropis sont visibles de juillet à septembre, soit la période de floraison de leur plante hôte !
Mais ce n’est pas fini … il y a une autre abeille à découvrir, l’abeille coucou (kleptoparasite) des Macropis, la bien nommée ” Epéoloides commun” …

Pour en savoir plus …

Si vous voulez en découvrir bien plus sur les abeilles solitaires, je vous recommande vivement la lecture des ouvrages de Nicolas Vereecken, (jeune) professeur d’agroécologie à l’ULB, et exceptionnel photographe des abeilles.

La Lysimaque commune et ses abeilles

 Lysimachia vulgaris L., Primulacée

Description et écologie

La Lysimaque commune est une plante vivace, herbacée, érigée, de 40 à 150 cm de haut, fleurissant de juin à août (septembre). Plante héliophile (de pleine lumière) ou de demi-ombre, elle fréquente les milieux humides : bord de fossés ou de cours d’eau, prairies très humides, aulnaies, aulnaies-frênaies.
Elle peut former rapidement de grands massifs grâce à sa souche stolonifère.
Les feuilles sont opposées, ou verticillées par 3-4, ovales-lancéolées, 2-5 fois plus longues que larges, +/- sessiles ou brièvement pétiolées.
Les fleurs sont disposées en courtes grappes ou panicules axillaires, pédonculées, formant une inflorescence pyramidale. La corolle jaune, d’un diamètre de 15 à 20 mm, est divisée presque jusqu’à la base en 5 lobes longs de 7-12 mm, munis à l’intérieur de courts poils glanduleux. 5 étamines, à filets soudés jusqu’au tiers.
Sépales longs de 3-5 mm, bordés d’un liseré rouge.
Capsule longue de 4-5 mm, contenant des graines capables d’être disséminées par l’eau.

Propriétés et Particularité

La Lysimaque commune est une plante tinctoriale : on extrait de la plante une substance colorant la laine en jaune, et ses racines fournissent une teinture brune.

La lysimaque a la particularité de ne pas offrir aux butineuses de nectar sucré, mais une huile florale. Cette matière grasse est utilisée par la femelle d’une abeille sauvage (du genre Macropis) en tant que nourriture pour ses larves.

Continuer la balade avec les Macropèdes, les abeilles liées à la Lysimaque.

Un nid de Polistes au jardin … mais mal placé

Le Poliste “Gaulois” (Polistes dominulus) est présent dans mon jardin depuis au moins juin 2008. En 2017 et 2018, les aller – retour d’un nombre élevé d’individus vers un coin de la sous-toiture de la buanderie, me laissent supposer qu’un nid y était installé, mais l’endroit n’étant pas accessible, je n’ai pu le vérifier.
Chaque année, j’observe le manège des ouvrières qui viennent prélever des fibres sur les différents supports en bois qui sont stockés au jardin.

Accès au nid en sous-toiture (juin 2017)

La découverte le 29 avril (2019) d’un nid en construction (7 cellules finies, au moins 2 œufs pondus) m’a ravi … mais la joie a été de courte durée : le nid est installé dans le conteneur poubelle, celui des déchets “gris” (principalement des emballages plastiques) et même si celui-ci n’est vidé que toutes les 4 semaines environ … c’est embêtant. Son élimination est donc nécessaire.

Premier nid, 29 avril 2019

Ce 1er mai, j’observe de nouveau un individu qui prélève des fibres sur un cadre en épicéa (souvenir d’une éphémère serre à tomates) et qui s’engouffre dans le même conteneur poubelle : il y a de nouveau un nid, de +/- 8 cellules aussi, reconstruit en 2 jours environ.

Deuxième nid, replacé dans un support amovible

Face à une telle détermination (oui, un peu d’anthropomorphisme 🙂 ), je bricole rapidement un support amovible, constitué d’une barquette en plastique couverte d’un film plastique noir, fixée sur une fiche planchette, qui sera suspendue par deux crochets, à l’intérieur de la poubelle. J’y recolle le 2e nid … avec un tube de colle à papier, puisque le matériau qui constitue le nid est du papier recomposé à partir de fibres de bois … L’idée est de déplacer ce nid vers un endroit moins problématique, dès que quelques ouvrières seront nées … rêvons un peu !
Après mise en place dans la poubelle de ce montage … la fondatrice a regagné la poubelle, mais il n’est pas certain qu’elle réoccupe son nid dans ce nouvel environnement.

Choux de Bruxelles, chenilles, polistes et opilions : une chaîne alimentaire complète

Depuis 2016, je réserve deux ou trois jardinières à la culture de légumes.  Pas tellement pour récolter quelques kilos de ma propre production, mais plutôt dans l’idée d’attirer des insectes que je ne pourrais pas observer sur les fleurs de mon petit jardin.

Ainsi donc, en mai 2016, 6 plants de haricots et 3 de choux de Bruxelles trouvent place dans une jardinière. Et je n’interviens en rien dans la culture … jusqu’à la détection à la mi-juillet, de la ponte d’un papillon abonné aux choux, le bien nommé Piéride du chou.  La ponte est groupée sous les feuilles des plantes hôtes. Je compte une soixantaine d’œufs. L’éclosion a lieu 4-5 jours plus tard, et peu après, les jeunes chenilles se regroupent, et s’en prennent à la partie superficielle du feuillage, la plus tendre, laissant à la place, un “film” translucide.

A partir du deuxième stade larvaire, elles commencent à se disperser, et forment de petits groupes de 4-5 unités, les chenilles étant alors capables de perforer et dévorer le feuillage dans toute son épaisseur. Les dégâts sont à la mesure de la taille des chenilles, mais aussi de leur nombre, et dans les cas extrêmes il ne reste bien souvent que les grosses nervures des feuilles attaquées.

Vers le 21 juillet, deux récoltes très correctes de haricots “beurre” … Les choux de Bruxelles, par contre, ne poussent guère, et même si c’est un légume du début d’automne, j’élimine manuellement 3/4 des chenilles … d’autant que j’ai repéré un précieux allié, présent depuis 10 ans dans mon jardin : le Poliste gaulois. J’ai déjà présenté cette guêpe sociale, en expansion, à plusieurs reprises, en août 2016, sur un autre blog, et sur Natura’Liste. Pour nourrir leurs larves, les ouvrières capturent différentes proies, dont des chenilles, qui sont promptement découpées façon “rôti” et emportées vers le nid.

Le 31 juillet, en début de nuit, j’ai eu la chance d’observer un deuxième allié, que je n’imaginais pas prédateur de chenilles : l’Opilion. Appelés aussi “Faucheux“, ils ressemblent à des araignées, aux pattes démesurées, et au corps non divisé (à la différence des araignées).  Un escadron de 3 chasseurs nocturnes faisait un vrai carnage parmi les chenilles, les découpant et emportant (j’imagine …) les meilleurs morceaux pour aller les manger à l’abri.

Avec de tels alliés, et même si j’avais bien repéré 2 ou 3 œufs isolés d’une autre Piéride, la Piéride du navet … je pensais mes choux tirés d’affaire.  Hélas … cette deuxième attaque allait leur être fatale : plus de 20 chenilles vertes, bien cachées, se sont entendues pour terminer le travail commencé deux mois plus tôt par leurs cousines vert jaune. Et cette fois-ci, aucune prédateur à l’horizon, comme cette minuscule guêpe observée en juillet 2010.

 

Heriades truncorum … Si commune et si peu connue …

Heriades truncorum (Linnaeus, 1758) Hyménoptère,  Apocrita-aculeata, Apidae, Megachillinae

Heriades truncorum est une petite abeille très commune, mais qui vous est sans doute inconnue.  C’est une abeille au corps cylindrique, assez peu velu, dont la femelle mesure entre 7 et 8 mm de long, et le mâle entre 6 et 7 mm. Son abdomen porte de très minces bandes de poils blancs. La femelle se caractérise aussi par une brosse ventrale (pour la collecte du pollen) de couleur brun-jaune.

C’est une abeille solitaire, sans comportement social, très active quand le ciel est dégagé. Je la rencontre dans mon jardin  entre juin et septembre.  Elle apprécie les milieux ouverts. Elle récolte pollen et nectar exclusivement sur les Astéracées (la famille botanique qui comprend notamment les marguerites).

Sa reproduction très faible, environ 8 œufs par femelle et par an.  Les mâles sont très actifs, pendant plus d’un mois; ils visitent brièvement un peu tous les trous de petite taille susceptible d’abriter une femelle. Ils sont tellement pressants qu’il leur arrive même d’extraire carrément une femelle dont l’arrière apparaît à la sortie d’un nid (tige creuse, bambou …).

La femelle construit des nids linéaires dans le bois mort ou dans les tiges creuses (ronces surtout), voire dans les gîtes artificiels,  dont le diamètre est généralement de 3 à 4 mm, mais en cas de crise du logement, courageusement (!), la femelle s’affaire à reboucher des nids qui peuvent avoir 8 à  9 mm de diamètre.

Elle aménage de petites loges dans les nids (dans lesquels elle dépose le pollen) qu’elle isole avec de la résine. Le bouchon du nid est aussi fait de ce matériau. Le bouchon final est de plus recouvert de petits cailloux en guise de camouflage et probablement comme rempart contre les infractions.

Le 14 juillet 2008, j'ai eu la chance de pouvoir observer la mise en place des petits cailloux sur le bouchon final. Le diamètre de ce nid est légèrement inférieur à 3 mm. La première photo montre le bouchon final en résine. Il est 15h06. La dernière photo a été prise à 15h15.

 

A proximité des nids, il semble y avoir un “stock” de résine, dont l’origine m’est inconnue. Dans mon jardin, elles profitent de différents trous dans le bois de hêtre d’un nichoir artificiel et les différents nids sont très proches. Ce qui semble provoquer quelques “conflits de voisinage” assez énergiques. S’agit il d’intimidation, de vols de nectar ou de résine entre voisines, de tentatives d’accouplements …

L’Andrène fauve

Andrena fulva (Müller, 1766) Hyménoptère,  Apidae , Andrenidae

L’Andrène fauve est une autre andrène printanière, visible en Belgique, de mars à mai. Elle mesure 12 à 13 mm.

Avec son corps de bourdon, à longue pilosité rousse sur tout le dos, mais noir foncé sur la face ventrale, il est  impossible de la confondre avec une autre.

C’est une espèce non exigeante. Dans les jardins, elle butine volontiers les groseilliers rouges ou à maquereau. Nidifie dans le sol en bourgade parfois importantes.

Surtout dans les jardins, parcs et bois clairs, aussi dans les gravières et sur les pelouses sèches.

Andrena clarkella

Andrena clarkella (Kirby 1802), Hyménoptère, Apidae , Andrenidae

Avec les premiers beaux jours du printemps, reviennent les abeilles solitaires. Une des premières Andrènes, est Andrena clarkella, qui est visible de mars à mai en Belgique. Elle mesure de 13 à 15 mm.

C’est une abeille oligolectique sur les Saules, ce qui signifie qu’elle (la femelle en tout cas) butine de manière spécialisée un seul type de pollen, typiquement un seul genre de plantes à fleur. On la rencontre dans les bois ouverts et les landes.

La femelle a un abdomen noir densément poilu (surtout sur tergites 1 et 2); les tibias et les basitarses 3 sont jaune-orangé (mais cette couleur est souvent cachée par le pollen qui couvre ses pattes postérieures).

Elle creuse son nid dans le sol , soit en petites grappes (par exemple, entre les racines d’un grand arbre) ou dans des agrégations étendues et denses au niveau du sol, et aussi sur des sols en pente.

Dinocampus coccinellae … un parasitoïde de la coccinelle

Dinocampus coccinellae (Schrank, 1802), Hyménoptère, Braconidé

Lors d’un passage dans une serre de culture, à la recherche des ravageurs, j’ai été attiré par une coccinelle qui ne bougeait pas (plus). En m’approchant, à la vue du cocon “attaché” à cette coccinelle, la cause était entendue : elle est parasitée.

J’avais déjà pu observer ce genre de cocon en forêt, à Ferrières, en 2012. Là aussi, ce parasitoïde (de chenilles) était une micro guêpe (2 – 3 mm) de la famille des Braconidés. Ψ

Ayant récolté coccinelle et cocon, j’ai pu récupérer l’imago issu du cocon. Sur la 4e photo, on voit clairement l’ouverture du cocon par laquelle l’adulte est sorti.

Cycle de vie (Wikipédia)

D’abord la femelle parasitoïde recherche une coccinelle adulte, préférablement une femelle et s’approche de son hôte : elle lui pénètre l’exosquelette à l’aide de son ovipositeur modifié. Elle déposera son œuf à l’intérieur de la coccinelle. L’éclosion se produit après 5 à 7 jours. La larve qui possède de grandes mandibules s’alimentera d’abord des œufs de la coccinelle. Par la suite, elle dévorera les corps gras ou les gonades de celle-ci.

Le développement larvaire prend de 18 à 27 jours. Lors de cette étape, la larve passera par 4 stades larvaires. Pendant ce temps, la coccinelle parasitée continue à s’alimenter jusqu’à l’émergence de la larve. Quand le moment est venu de se chrysalider, la larve paralyse son hôte et émerge de celui-ci. Il tissera un cocon entre les pattes de la coccinelle vivante. La coloration vive ou contrastante de l’hôte envoie un message d’avertissement (aposématisme) au prédateur et le cocon en bénéficie.

Lire l’article complet  Ψ

Répartition en région Wallonne

La découverte de ces micro guêpes est fortuite (en ce qui me concerne en tout cas) et leur répartition est bien entendu mal ou pas connue. Cependant, la carte de répartition du DEMNA (dernière image) indique que d’autres observations ont été faites en 2012 / 2014, à quelques kilomètres de ma propre observation.