Le Poliste « Gaulois » : présentation

Le Poliste dit « Le Gaulois » (Polistes dominulus) est présent dans mon jardin depuis l’été 2007; je l’ai aperçu la première fois sur un nichoir à abeilles solitaires sur lequel une femelle raclait des fibres de bois, matériau qui constitue son nid.

C’est un hyménoptère, et même s’il ressemble fortement aux guêpes communes, il est plus élancé; il s’en distinguent par ses longues pattes traînantes en vol, une taille plus longue, par le port des ailes différent, et surtout par leurs antennes en massue orangée. Le mâle a des yeux clairs, la femelle des yeux foncés.

La reine mesure jusqu’à 18 mm, les ouvrières et les mâles entre 12 et 15 mm. C’est une espèce des milieux ouverts et chauds, pelouses sèches et rocailleuses par exemple; elle est régulièrement aussi observée dans les zones urbanisées.  Espèce en extension brutale, depuis la fin des années 80 et le début des années 90.

Je l’observe maintenant chaque été, raclant des fibres de bois, se nourrissant du nectar du Fenouil, ou chassant des chenilles.  Cette guêpe est inoffensive, et ne viendra pas vous déranger lors d’un BBQ ou d’un goûter autour d’une tarte aux prunes 😉

Pour suivre : la nidification

poliste_gaulois_s1_01 poliste_gaulois_s1_02 poliste_gaulois_s1_03 poliste_gaulois_s1_04 poliste_gaulois_s1_05 poliste_gaulois_s1_07 poliste_gaulois_s1_06 poliste_gaulois_s2_03 poliste_gaulois_s2_04 poliste_gaulois_s2_05 poliste_gaulois_s1_11
<
>
Publié dans Juillet, Hyménoptères | 2 commentaires

La Pyrale de la Menthe

La Pyrale de la Menthe (Pyrausta aurata) est présente dans mon jardin depuis l’été 2010 au moins.

C’est un papillon d’une envergure de 14 – 17 mm, dont la femelle recherche spécialement l’Origan, la Menthe ou encore la Sauge ou la Mélisse, les plantes hôtes principales de sa chenille. Les adultes volent en deux générations de la mi-mai à fin juin et de la mi juillet au milieu de septembre. C’est une espèce commune dans toute la Belgique, pour la plupart jamais en grand nombre. A rechercher dans vos jardins, sur les Lamiacées.

La chenille, verte, avec la tête noire et une ligne dorsale jaune, tisse un filet de soie par des allers-retours dans lequel elle se camoufle.

 

Pyrausta aurata_MonJardin_04 Pyrausta aurata_MonJardin_03 Pyrausta aurata_MonJardin_02 Pyrausta aurata_MonJardin_01 Pyrausta aurata_MonJardin_05 Pyrausta aurata_MonJardin_06 Pyrausta aurata_MonJardin_07 Pyrausta aurata_MonJardin_08 Pyrausta aurata_MonJardin_09 Pyrausta aurata_MonJardin_10 Pyrausta aurata_MonJardin_11 Pyrausta aurata_MonJardin_12 Pyrausta aurata_MonJardin_13
<
>
Publié dans Juillet, Août, Papillons | 2 commentaires

La Mégachile du rosier : épisode 2 (couvert et gîte)

Un des « secrets » pour développer et maintenir un « Jardin Nature Admise », c’est d’offrir le gîte et le couvert. Je l’ai encore vérifié ce jour, avec une visiteuse habituelle de mon jardin, la Mégachile du Rosier, présente depuis l’été 2007 au moins, et qui, en 2014, avait nidifié dans de la mousse isolante !

Le Lupin est une de mes plantes « coup de cœur », mais lassé par les ravages des limaces à son encontre, je l’avais délaissée depuis plusieurs années. Mais la semaine dernière, je me laisse tenter par une potée bien fleurie.  A peine posée sur la table du jardin … elle est adoptée par la Mégachile du Rosier, qui a une technique bien particulière pour accéder aux étamines, qui sont cachées par la carène.

La fleur du Lupin est bâtie selon le schéma suivant : Le calice est soudé, un grand pétale, ou étendard, coiffe le reste de la fleur. Deux pétales, les ailes, sont disposés de chaque côté de la fleur et enveloppent partiellement les deux pétales inférieurs. Ceux-ci sont souvent réunis entre eux et forme la carène. Celle-ci peut prendre la forme d’un bec plus ou moins pointu.

Fleur_lupinPour accéder aux étamines, notre abeille fait preuve d’une habilité particulière : avec les pattes I (avant) et II (milieu), elle écarte les ailes, tandis qu’avec les pattes III (arrière), elle appuie sur la carène, pour faire jaillir les étamines. Elle y frotte ensuite sa brosse ventrale pour récolter le pollen.  La table est mise !

Quant au gîte, à ma grande surprise, c’est un tuteur en bambou qui en fait office, et à moins de 2 mètres de la potée de lupin ! Il me reste à surveiller ce bambou et espérer y voir notre coupeuse de feuilles y insérer les fragments de folioles de rosiers, qui constituent son nid

Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_01 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_02 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_03 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_04 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_05 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_06 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_07 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_08 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_09 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_10 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_11 Megachile_Jardin_Sprimont_08-07-2016_12
<
>
Publié dans Juillet, Abeilles solitaires, Mégachile du rosier | 4 commentaires

L’Anthidie, l’abeille cotonnière

L’Anthidie, ou abeille cotonnière, est une abeille solitaire, dont la femelle racle avec ses mandibules les nombreux poils souples qui sous l’aspect d’un fin duvet couvre uniformément les feuilles et les tiges. Avec leur salive elles garnissent leurs cellules d’un fin et doux tapis sur lequel le pollen, nourriture des larves, sera déposé.

En juillet, 2007, j’avais observé un mâle de l’Anthidie à manchettes (Anthidium manicatum) prenant le soleil posé sur le gravier. Quelques années plus tard (2010), dans d’autres jardins, j’avais assisté à leur accouplement acrobatique et la récolte de poils souples, sur une plante très duveteuse, la Coquelourde des Jardins (Lychnis coronaria Desr.).

Depuis, cette plante a été introduite dans le jardin, dans l’espoir bien sur, d’y observer une abeille cotonnière récolter des fibres pour la construction de son nid. Et l’attente fut longue 😉 …

L’abeille (enfin) observée ce jour, a mis 70 secondes pour rouler la boule de poils emportée ensuite vers son nid

Lychnis-coronaria_Jardin_Sprimont_08-07-2016_02 Lychnis-coronaria_Jardin_Sprimont_08-07-2016_01 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_01 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_02 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_03 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_04 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_05 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_06 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_07 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_08 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_09 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_10 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_11 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_12 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_13 Anthidium-manicatum_femelle_Sprimont_08-07-2016_14 Jonfosse_22-mai-2010_01_1000
<
>

Publié dans Juillet, Abeilles solitaires | Laisser un commentaire

Nouveau printemps

Nature au Jardin reprend du service ce printemps 2016, avec bien évidemment, l’Osmie cornue, présente depuis 10 ans au jardin.

Bon printemps 2016 !

Osmia_rufa_07 Osmia_rufa_06 Osmia_rufa_05 Osmia_rufa_04 Osmia_rufa_03 Osmia_rufa_02 Osmia_rufa_01
<
>
Femelles

 

 

Publié dans Mars, Avril, Abeilles solitaires | 4 commentaires