Jardinière 2

Egalement réinstallée en mars 2014, avec des plantes récupérées de l’ancienne jardinière N° 2, dont deux plants de la Coquelourde des jardins (Lychnis coronaria Desr.) et quelques framboisiers, elle sera replantée en juin 2016, avec 6 aromatiques (Sauge, Estragon, Ciboulette, 2 Thyms, Basilic). En avril 2018, seuls les thyms sont encore visibles, et l’Estragon va peut être revenir.

Un plant d’Alcea (Rose trémière, Malvacées) a rejoint la jardinière N° 2 ce 15 avril 2018. Deuxième tentative avec cette plante, déjà introduite il y a quelques années, mais victime d’un champignon, elle avait rapidement disparu. 

 

Publié dans Aménagements, Avril, Jardinière 2, Un mini jardin Nature admise | Laisser un commentaire

La Mégachile du rosier : épisode 3

Après avoir observé en juillet 2016 le remplissage du nichoir  j’ai pu assister à l’envol de la dernière abeille  en cette fin juin 2017. Restait le tube de bambou à décortiquer …

Le tube est rebouché par une cloison en terre

; derrière celle-ci, on trouve un espace vide, puis un bouchon composé d’un empilement de fragments réguliers, arrondis, découpés dans des feuilles. 

Arrivent ensuite 7 cellules, 7 petits cylindres parfaitement réalisés, tous abandonnés par leurs occupants. A l’intérieur, il ne reste qu’un mélange de minuscules fragments de feuilles et de microscopiques boulettes jaunâtres; seraient-ce les déjections des larves durant leur nourrissage à partir de la réserve de pollen déposé par la femelle ?

Ce qu’en dit Wikipédia

Les nids sont généralement composés d’une seule et longue série de cellules, construites de façon séquentielle, du fond de la galerie vers l’extérieur. Et bien que les œufs pondus en dernier sont les plus récents, les jeunes adultes qui émergeront les premiers en proviendront. La femelle dispose un approvisionnement en nourriture (pollen ou mélange de nectar et pollen) dans chaque cellule, puis ferme cette cellule par une cloison qui la séparera de la suivante. Cette cloison est assez perméable pour laisser passer l’oxygène nécessaire à l’œuf puis à la larve.

Une fois sortie de l’œuf, la jeune larve consacre son temps à se nourrir, puis après la mue elle forme un cocon et une pupe, souvent après plusieurs mois d’hibernation comme un prepupa. De cette pupe, au printemps suivant, le jeune adulte émerge et recherche un partenaire sexuel et – pour la femelle – entame la construction d’un nid semblable à celui dans lequel elle est née.

Les mâles (généralement plus petits que les femelles) émergent avant les femelles. Les mâles mourront peu après l’accouplement. Les femelles leur survivront quelques semaines, le temps de construire de nouveaux nids.

 

Les épisodes précédents : 

  1. Episode 1
  2. Episode 2
  3. Episode 2bis

 

Publié dans Insectes, Juin, Juillet, Abeilles solitaires, Hyménoptères, Mégachile du rosier | Laisser un commentaire