Les Macropèdes commune et à pattes brunes

Macropis europaea (Warncke, 1973), Hyménoptère, Melittidae (Macropède commune)
Macropis fulvipes (Fabricius, 1805), Hyménoptère, Melittidae (Macropède à pattes brunes)    

Description

Les abeilles solitaires du genre Macropis, font partie de la petite famille des Melittidae (+/- 170 espèces), représentée en Belgique par deux autres genres, Dasypoda et Melitta.

Les Macropèdes sont de petites abeilles solitaires (8 -10 mm de long pour la femelle, 7 – 9 mm pour le mâle), aux couleurs sombres. Elles ont un corps assez trapu, à pilosité clairsemée. Abdomen à étroites bandes blanches. Tibias et métatarses des pattes postérieures (les “3”) très larges, avec brosses à pollen remarquables.
Quand leurs brosses à pollen sont chargées de pollen, distinguer les femelles de la Macropède commune (tibia 3 à pilosité blanche et noire) de celles de la Macropède à pattes brunes (tibia 3 à pilosité brun-jaune) , est affaire de spécialistes, et je ne m’y risque pas sans eux. Les mâles des deux espèces sont plus faciles à différencier, mais à condition d’avoir une bonne photo de face ! La mandibule du mâle de la Macropède à pattes brunes, est entièrement jaune, alors que chez Macropis europaea, il y a un point jaune et le reste de la mandibule est noire .

Plantes visitées

Les Macropèdes sont des espèces dites “oligolectiques“.
C’est le comportement des espèces d’abeilles qui butinent de manière spécialisée un seul type de pollen, typiquement un seul genre de plantes à fleur. Et pour notre abeille, cette plante est la Lysimaque commune (qui ne produit pas de nectar), sur laquelle la femelle récolte le pollen, mais aussi l’huile florale de la Lysimaque, grâce aux pattes antérieures et médianes, qui sont équipées de soies spécifiques, fonctionnant comme des “éponges”. Cette huile est mélangée avec le pollen, pour servir de nourriture aux larves. Ce comportement est unique.
Le nectar, qui fournit l’énergie aux adultes, mâles et femelles, est trouvé sur d’autres plantes (par exemple la Salicaire, le Cirse des marais ou le Lycope d’Europe)

Ecologie

La Macropède femelle installe son nid discret dans le sol, dans les mêmes milieux humides que la Lysimaque. Dans une galerie d’environ 10 cm de long, elle y creuse un dizaine de logettes, où elle dépose un oeuf sur le “pain” de pollen et huile florale, qui permettra le développement de la larve. L’intérieur des logettes est également recouvert de cette huile.
Les Macropis sont visibles de juillet à septembre, soit la période de floraison de leur plante hôte !
Mais ce n’est pas fini … il y a une autre abeille à découvrir, l’abeille coucou (kleptoparasite) des Macropis, la bien nommée ” Epéoloides commun” …

Pour en savoir plus …

Si vous voulez en découvrir bien plus sur les abeilles solitaires, je vous recommande vivement la lecture des ouvrages de Nicolas Vereecken, (jeune) professeur d’agroécologie à l’ULB, et exceptionnel photographe des abeilles.

1 réflexion sur « Les Macropèdes commune et à pattes brunes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.