Plat et dessert ?

Une bien étrange observation en ce tout début d’août 2018

Les Épeires (des araignées) sont déjà bien présentes parmi les hautes tiges séchées de fenouil bâtard, et tissent des toiles dans tous les sens.

Dans l’une d’elles, une grosse mouche vient de tomber dans le piège … elle est aussitôt emballée d’un linceul de soie.

Mais rapidement, elle semble se remettre à bouger, comme parcourue par des vibrations. Et en y regardant de plus près … ce sont deux larves blanchâtres qui sont à l’origine de ces ultimes soubresauts. 

D’où viennent elles ? 

Ces larves, de mouches, ont probablement été * expulsées * de leur mère, la mouche prise dans la toile. C’est en effet une particularité des mouches de la famille des Calliphoridae : certaines espèces sont vivipares.  Leurs œufs se développent complètement à l’intérieur de leur mère, de sorte qu’à la naissance les larves (pour les mouches) sont formées. 

A l’agonie, cet état de stress enclenche un réflexe de ponte, qui provoque la sortie des larves (information de Philippe Moniotte, forum photoentomo)

Les Calliphoridae ont des biologies très variées.
Elles sont en majorité nécrophages, coprophages ou détritiphages, 
parfois prédatrices ou parasitoïdes d'escargots ou de vers de terre. 
Ellles sont habituellement les tout premiers insectes parvenant au 
contact d’un cadavre où va se dérouler le développement de leurs
stades larvaires,devançant les larves d’autres familles nécrophages.

 

This page as PDF

Ce contenu a été publié dans Insectes, Août, Diptères, Manger, être mangé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *