Le Poliste : comportements

Les jeunes femelles fécondées quittent le nid en automne. Elles hibernent dans des arbres creux, dans le sol, dans des cavités, voire dans les maisons pour émerger au printemps et fonder une nouvelle colonie peu populeuse.

Le suivi photographique régulier de deux nids m’a permis d’observer l’évolution de l’occupation des alvéoles et différents comportements, comme le rafraîchissement du nid, par ventilation ou par apport d’eau.

Quand il fait très chaud, on peut en effet observer des ouvrières sur les points d’eau (ruisseau, mares, abreuvoirs…) boire abondamment. Elles recrachent l’eau sur les parois du nid, ce qui provoque un refroidissement par évaporation.

Pour la ventilation, une ou deux ouvrières battent violemment des ailes, façon « éventail » .

poliste_gaulois_s3_01 poliste_gaulois_s3_02 poliste_gaulois_s3_03 poliste_gaulois_s3_04 poliste_gaulois_s3_05
<
>

This page as PDF

Ce contenu a été publié dans Juillet, Hyménoptères. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le Poliste : comportements

  1. Ping : Choux de Bruxelles, chenilles, polistes et opilions : une chaîne alimentaire complète | Carnets naturalistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *